Texte

La dormeùse

Par Athanase Jean, La Mérine a Nastasie, La Rochelle, Quartier Latin, 1978, p.43, pièce jouée à Paris, salle Lancry, le 4 décembre 1902. Variété saintongeaise de Rouffiac, Charente Maritime, graphie normalisée.

« Dés grapeas pu grous que mun bot se galopiant den la pllace, lés murs é le pllanchàe étiant tout pllén d’arantéles . « Qu’at o pr voutre sarvice ? », qu’o dissit la vélle d’ine voa pu bréve qu’o serét dau vargne. Z-y cunti dun que jhe veli prenre ine cunsulte pr ine paure tante que jh’avi de bén malade, a Roufiat, dau cantun de Pun. « Jh’ae poén besoén de toutes çhélés aspllicaciuns, stéle, peùsque jh’ae qu’a m’endormi pr voer voutre tante coume jhe vous voe . » Féctivement ! A se metit aussitout a faere de pu vilaenes grimaces ! A trvirét  lés ells, lés bras z-y torsiant, lés ous z-y craquiant, a bufét coume in ocmotive ; tout d’in coup a devenit réde coume in mourcea de boas é a groullit pu : al étét endormie. A se métit a dire : « Jhe la voe, çhéle paure maleùreùse, al ét su sun lit a quenàe ; al ét poén a soun afaere ; o la tént den la masse dau sang, lés vents la survogant, al ét travallàie pr lés biles é lés imeùrs sant en révoluciun den sun corp ! A garirat, prtant, s’un z-y mét su le jhabot ine fuméle de grapea enfrmàie den in sat avéc deùs lus d’or : lés jhaunéts atirerant le malin asprit é le grapea prenrat tout le vrim pr li, le ventre z-y balénerat, lés ells z-y sortirant de la tàete é voutre tante serat meù, moun amit. Balléz me dun lés deùs lus d’or, m’en va lés coudre avéc in grapea den çheù bout de sat. » En énfét, jhe sorti de mun goussét deùs napoléuns, a trchit den sés sés grapeas la pu grousse fuméle, saquit tout den le sat é peù me le ballit. Crai pea de sot !, qu’o dissit l’ajhace quant jhe m’en fu. »

Les commentaires sont fermés.